Hélas, pauvre Yorick

Par: Jules

Exceptionnellement, et contrairement à notre ligne de conduite dont on se fout, au final, ce ne sera pas d’une citation dont il sera question dans le post d’aujourd’hui, mais d’une image. Samedi, l’ancien cycliste Lance Armstrong a mis sur son compte Twitter une vidéo qui le représente allongé sur un sofa, à contempler ses sept maillots jaunes qui lui ont pourtant été retirés il y a quelques jours par la fédération internationale de cyclisme. S’étant dopé comme un porc durant ses tours de France, il a tout perdu. Mais vraiment tout perdu, le type: ses titres, la reconnaissance de ses sponsors, du monde du sport, des journalistes, des sportifs… tout le monde lui a tourné le dos. J’avais été surpris d’ailleurs par la violence des propos que j’avais entendus à la radio au sujet d’un gars qui finalement doit être arrivé là où il en est par le résultat de toute un engrenage. Elle ne me rappelait rien de moins que ceux qu’on tenait sur Mohammed Merah, sans rire. Il y avait une dimension de bouc émissaire sur lequel Jon ferait toute une logorrhée renégirardienne. Or j’imagine mal (cette petite fouine de) Rafael Nadal ouvrir une fondation pour lutter contre le cancer, par exemple. Lance Armstrong en a fondé une. Peut-être pour se racheter une conscience, mais quand même.

Je la trouve magnifique, cette séquence, car elle veut à la fois tout et rien dire, elle possède ce degré d’interprétation équivoque qu’ont toutes les grandes ouvres d’art. La majorité des gens la voient comme une provocation, une façon de dire « je vous emmerde, j’ai quand même gagné, nananananère, et après tout il me reste encore assez d’argent pour me prélasser dans mon sofa ». « Je suis encore un chêne », diront les lettreux.
Et si finalement, Lance n’avait rien compris ? S’il considérait, ce qu’on est tenté de croire en voyant ce passage, qu’il profite du repos du guerrier après avoir pédalé (c’est le cas de le dire) toute sa vie. Il est au top dans un monde qui l’a lâché et qui maintenant lui crache à la gueule, mais il est au top malgré tout. Ceci n’est pas sans rappeler l’une des plus formidables oeuvres de tous les temps. Quelqu’un de médiocre, au sens étymologique du terme, qui vit sa vie en chevauchant comme dans un rêve alors que cette vie n’est qu’un aride cauchemar.
Réécrivons l’histoire, la littérature est aussi faite pour ça, après tout:  » En un village de la Manche, du nom duquel je ne me veux souvenir, demeurait, il n’y a pas longtemps, un gentilhomme de ceux qui ont lance au râtelier, targe antique, roussin maigre et levrier bon coureur… » Tout cela n’est qu’un rêve, notre vie n’est qu’une chimère. Lance a gagné, Lance a perdu, qu’est-ce que cela importe ? Si pour lui il a gagné après tout ça, alors il a mérité ses maillots. Qu’il les garde, et merci Lance de nous montrer que tout ça c’est du vent.

Publicités

La conjuration des antisémites: rassemblement de cons sur Twitter

Par: Jon

#UnBonJuif est un juif mort.

Hier soir, alors qu’à la télévision on pouvait (re)voir La Rafle, sur Twitter se déchaînaient les plus gros cons de France. Et je reste poli. Sous le hashtag #UnBonJuif, nombre de jeunes imbéciles se sont crus autorisés à épancher leur haine des Juifs, créant de ce fait un concours de celui qui a la plus crade (je ne citerai pas dans cet article les immondices lues sur Twitter, on peut les trouver autre part).

Ce matin, SOS Racisme porte plainte (bien qu’il soit apparemment difficile de porter plainte contre Twitter) mais les ‘twittos’ ne semblent pas comprendre la gravité de leurs propos et se réclament de l’humour. « Si on le fait à Charlie Hebdo, on peut le faire sur Twitter non? »

Sauf que je ne crois pas que dire « Un bon arabe, c’est un arabe mort » soit de l’humour. De même, « Un bon noir, c’est un noir mort » ne me fait pas hurler de rire. (Sans vouloir tomber dans la reductio ad hitlerum, je pense que ces « vannes » font sourire la famille Le Pen, en sus de ces Twittos avides d’égalité devant Charlie Hebdo.) Faire une caricature de Mahomet, ce n’est pas se marrer à coup de ‘lol’, de ‘mdr’ et de jeux de mots antisémites sur les fours crématoires.

Ce hashtag a un mérite (le seul): celui de montrer sur la place publique l’étendue de la non-pensée de certains jeunes français aujourd’hui, et de leur antisémitisme profond. Tous les clichés des années 30 sur les Juifs peuvent se retrouver dans ces Tweets, avec en plus une insensibilité choquante en ce qui concerne la Shoah.
Qui blâmer pour cette inculture crasse? Les parents? L’école? La société de manière générale? Ou bien rien n’a changé depuis ces mêmes années 30, justement? Je me pose la question: est-on en train de revivre le début de l’horreur?