Billet des traînes

Par: Jules

« Bonne année 2013 ! »
« I may be paranoid, but I am not an android », Radiohead, « Paranoid android », OK Computer, 1997
« Time is out of joints », Shakespeare, Hamlet, 1603

gln3ti4xNul besoin ou possibilité de dire de qui est cette phrase intelligente, nous la voyons et l’entendons partout. Sur Internet, au dos de notre paquet de PQ, dans la bouche de la voisine, de nos amis, à la télé, à la radio… Ce soir nous mettrons probablement tous de jolies fringues trop serrées pour aller faire la fête avec des inconnus et nous souhaiter à minuit une excellente année 2013, de la même manière qu’avec les mêmes différents inconnus nous nous étions souhaités une excellente année 2012, et 2011, et ainsi de suite. Passé trois heures, la fatigue et l’alcool aidant, les discussions seront plus nébuleuses, moins cohérentes, les fringues commenceront à se friper et à faire mal aux ventres remplis de toats, les pas de dans à être moins assurés, les regards seront forcément plus fuyants, et les inconnus se sépareront peu après, les plus courageux partageant un ultime café de bonne année. Et le monde continuera de tourner, bon an mal an, une fois ce passage difficile purgé par le foie gras et la débandade. Car c’est un passage difficile, un nouvel an. C’est pas simple de s’apercevoir qu’une année supplémentaire s’inscrit dans le compteur de nos vies, l’instinct de survie réapparait sous une forme assez amusante quand n y pense et si on écoute les gens en discuter. Fêter le nouvel an c’est enterrer l’année précédente en espérant que la prochaine sera encore meilleure. Ou moins pire, c’est selon. C’est l’occasion de constater que l’on grandit, que l’on mûrit, que l’on vieillit, et que l’on se débat contre le temps qui anéantira la fourmilière. Du coup pour montrer cette évolution, on prend des résolutions qui feraient figure de révolutions si elles étaient tenues. D’ailleurs, on serait beaucoup plus chiants, remarquez, si on tenait toutes les résolutions que l’on fait. On serait tous super sportifs, on ne fumerait plus, on ne boirait plus, on ne baiserait que raisonnablement, on serait sérieux au travail et jamais malade… une vie de merde, quoi. Mais le soir du 31 décembre, c’est permis.

C’est permis, parce qu’ailleurs c’est interdit. Il est interdit de tchatcher avec des inconnus, de se péter la gueule jusqu’à des heures indues ou de se baffrer comme des gorets un jour de semaine. Le reste du temps nous sommes happés par l’obsession du raisonnable, du policé, du lisse. Les instincts, les corps, les discours, la nourriture, la pensée, la sexualité… sont des choses que l’on comprime, qu’il faut savoir adapter et modeler en fonction du contexte. Surveiller et punir. Et la sortie de ces normes se traduit par une immédiate mise au ban par le regard d’autrui. On devient chelou, bizarre, spé, étrange. Les réputations se forgent : coureur de jupons, porté sur la bouteille, obsédé, radin, immature, con… Il faut veiller, sans cesse, à être dans le coup, à être normal alors que nous sommes tous différents. La normalité consiste t-elle à avaler le plus de toasts et de mauvais whisky un soir de réveillon tout en montrant son dernier Iphone à qui veut bien le con-templer ? Finalement, être normal c’est savoir être lisse, ou savoir montrer son originalité débordante dans des cadres extrêmement rigoureux. Tout notre monde est fait pour que l’on rentre dans des codes, des cases, des forfaits, des scanners, des abonnements, des grilles. Et plus le temps passe, plus j’ai l’impression d’entendre que ces cages d’antibiotiques sont sur le point d’exploser. Nous sommes dans un monde dans lequel un type armé jusqu’aux dents peut monter sur un scoot et descendre trois gosses dans une maternelle, dans lequel nous fermons les yeux et les caddies remplis de bouffe devant les gens qui n’ont qu’une boite de haricots verts pour fêter le nouvel an, les mêmes gens disposant d’un forfait de portable Free pour être quand même sur Facebook et souhaiter la bonne année à d’autres gens qui mangent…le contenu de leur caddie rempli de foie gras. Le temps passe, le monde devient fou, sort de ses gonds, ce n’est pas une nouveauté, Hamlet le disait déjà. Ca fait des siècles que le monde devient fou, et quelque part c’est rassurant.
Désormais cette folie vient de ce décalage entre la normalité à n’importe quel prix et l’expression de ces instincts qui à force d’être réprimés deviennent des corps hurlants de singularité explosive. Nous fabriquons et côtoyons des bombes humaines. Je suis peut-être paranoïaque à force de regarder, de surveiller l’Autre, mais je ne suis pas cet Autre auquel j’aimerais tant ressembler, je ne suis pas un androïde bourré aux forfaits, aux bienséances modernes, aux maisons blanches et neuves sans mémoire.

C’est bien joli d’en parler, mais qu’y faire ? Ce n’est pas un ridicule billet de blog qui changera quoi que ce soit, je n’en ai ni la prétention ni l’envie. Ce soir je serai comme vous, à fêter le nouvel an avec même un certain plaisir même si je troquerai mes belles fringues contre un jean-t-shirt au bout d’un moment, j’aurai Jon au téléphone qui sera en train de boire de la vodka à Cracovie en matant les Polonaises, on lèvera nos verres ensemble à Nabokov, même à quelques centaines de kilomètres de distance… Nous ferons tous nos gens normaux car la normalité qui précède de peu la paternité consiste à s’éclater. Nous nous éclaterons donc. Mais quelque part la tête sera avec des personnes proches qui ne sont pas bien et qui sentent la roue du temps broyer leur marche, je me demanderai de quoi sera composé le dernier grain de mon propre sablier, si je serai capable de laisser une trace, une infime trace de bonté sur la cire de notre ardoise, si je serai un type bien lorsque moi aussi mes forces commenceront à décliner, lorsque je tousserai de plus en plus et que mes déplacements deviendront difficiles. Est-ce que je créerai ? Ou serai-je stérile ? Deviendrai-je normal par lassitude ou authentique par combat ?

C’est tôt, dans tous les sens du terme, pour répondre à ces questions, aujourd’hui est le premier jour du reste de notre vie, et je ne sais quoi dire pour conclure cette divagation matinale. Mon souhait serait rabelaisien : veillons à être anormaux, à dire aux gens qu’on les aime même si ça ne se fait pas, ne buvons pas pour la photo Facebook qui montrera à quel point nous avons une belle vie en étant bourré, pensons et contactons les amis que nous n’avons jamais le temps de contacter parce que plein de bonnes raisons, choisissons de faire ce que l’on a envie de faire même si ça nous nique un mois de salaire ou si ça la fout mal. Ne soyons plus des porcs.

A l’année prochaine, les amis. Et avant de fermer cette page, écrivez en commentaire quelques mots sur votre anti-résolution de 2013.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Billet des traînes »

  1. Les fêtes de fin d’année. Drôle d’expression, hein, puisqu’il n’y a qu’elles. On ne fête pas le milieu d’année. Alors forcément, y’a un petit goût de « Qu’avez-vous fait de votre grain de sable ? ». C’est peut-être ça qui stresse les gens : cette obligation de faire un bilan des 365 derniers jours. On soupe de la rétrospective à toutes les sauces. Télé, magazines, quotidiens, réseaux sociaux : la Terre entière veut que nous dévoilions le making off des derniers mois. Une sorte de séance mondiale de battage de coulpe : dis-moi comment tu as vécu cette année et je te dirais quel porcelet tu es.
    Alors, miroir, mon beau miroir, qu’ai-je fait de mon grain de sable millésime 2012 ? Ai-je mérité ma médaille « Annus horribilis » ou au contraire vais-je estampiller d’un « Très bon cru » mon vieux calendrier ?
    Notez qu’il est bien plus facile de gérer le post-année de merde. Facile dans ce cas-là de prendre des bonnes résolutions : yaka tout changer. Je viens de relire mes bonnes résolutions prises ces dernières années (magie du net qui conserve indéfiniment nos proses) et cela se confirme : plus nos vies nous déplaisent, plus longue est la liste de nos bonnes résolutions. Re-solution. Comme si le fait de prendre à témoin notre entourage de nos bonnes intentions était un gage de réussite. Un peu comme le mariage, tiens : je m’engage devant témoins, cochon qui s’en dédit.
    L’année dernière, je n’avais pris qu’une seule bonne résolution : ne plus cloper dans mon appart, lassée de m’imposer des listes longues comme le bras qui ne servaient qu’à me donner bonne conscience. Malgré mes efforts, je reste une fainéante bordélique qui a des kilos en trop. Alors, une seule résolution, c’était déjà beaucoup mais au moins, je me laissais une chance d’être fière de moi un an plus tard.
    L’échéance est là, la résolution a été tenue, place à la nouvelle, tout aussi modeste en apparence mais qui, parce qu’une bonne résolution met le doigt dans la plaie, me demandera de la persévérance : une « journée de la robe » chaque semaine. Pas de « j’arrête de fumer », de « je perds 10 kilos » et autres voeux insurmontables. Juste un changement à portée de réalisation qui modifiera un peu ma vie quotidienne et me rapprochera de mon idéal de moi-même.
    Bonne année les inactuelles.

  2. En 2013 , je serai toujours aussi prise de tête, aussi chiante et aussi caractérielle… si seulement ça pouvait s’arrêter là.
    Je suis de ceux qui dressent des bilans, c’est dans ma nature, aux anniversaires, aux rentrées scolaires, à la nouvelle année. Je ne pourrais l’expliquer, sans doute ma psy y trouverait un sens, je ne sais pas. Toujours est-il, que chaque année, j’y ai le droit. C’est stérile , sans doute , mais ça ne fait de mal qu’à moi. Alors je compte intérieurement les plus et les moins, je me remémore, j’étale mois après mois, cherchant dans mes souvenirs l’événement important. Je ne le fais pas parce que je suis abreuvée de bilans, je n’ai pas la télé, je ne lis que ce que je décide de lire, je le fais parce que j’espère pouvoir trouver un moyen de rendre l’année qui arrivera meilleure. C’est on ne peut plus naïf mais parfois ça fait du bien de l’être.
    Alors aujourd’hui, 31/12/12 , avant d’aller endosser mon habit de lumière trop serré et me farder d’un maquillage trop clinquant, je dresse la liste intérieure et le fameux  » il y a un an… » me revient à la tête… Il y a un an , il pleuvait à Rouen ( ça pourrait être le titre d’une mauvaise chanson). Et depuis… depuis beaucoup de douleurs, beaucoup de changements, beaucoup de positifs, beaucoup d’amour… Alors, oui c’est con, naïf, politiquement correct mais cette année , pour une fois , ça me fait du bien , ce serait dommage de s’en priver. Pour l’année prochaine, comme ça semble me réussir, je continuerai d’être prise de tête, chiante et caractérielle mais j’essaierai aussi d’aimer autant, d’avancer encore…
    Bonne année 2013 aux inactuels et longue vie !

  3. Moi, je trouve ça curieux ce refus de la routine. C’est bien beau de vouloir être soi, encore faudrait-il savoir qui on est. Personnellement, je ne me connais pas, et plus ça va, moins je me connais. Je me demande si ce n’est pas dans la routine que l’on apprend à se connaitre. Ces milliers de gestes répétés et re-répétés qui nous ancre dans nos vie. C’est Oreste qui me l’a appris, je pense, dans Les mouches. Ce gars libre, intelligent, jeune, cultivé, il a la vie devant lui. Et résultat, il donnerait toutes ses années de jeunesse passées à contempler la beauté pour une ville, même pas, un village paumé dans la pampa, infesté de mouche et de l’odeur du sang de son propre père. Il en vient à tuer sa mère pour se lester d’un passé. Il aurait aimé grandir là, connaitre le portail de la maison de ses parents,y avoir laissé sa propre égratignure, même si ce portail est un bois moche et pourri.
    Je ne sais pas si c’est en courant partout, en décidant de faire ce que l’on veut, quand on veut, comme on veut, qu’on se trouve. Peut-être que justement on s’éparpille. Peut-être que ces résolutions de fin d’années, c’est juste un refus de se rendre compte que oui, notre humanité, ça se résume à ça : notre année écoulée, sans folies, sans coup de têtes. Réfléchie, lisse.
    Mais, à condition que cette routine ne tourne pas au conformisme. Au rassurant traintrain qui met en forme notre peur et colmate bien tous les trous qui pourrait laisser passer l’imprévu.
    Peut-être qu’alors il faut vraiment vivre notre quotidien, dans chaque geste fait et répété, dans son inexceptionnalité. Et arrêter de penser qu’à la nouvelle année, tout pourrait changer et être mieux, parce que le mieux serait probablement l’inhumain.
    Je ne sais pas. Je divague un peu là je crois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s