La maison qui rend fou

Par: Jules

« Mais c’est dommage, la gestionnaire est en congés jusqu’au 12 Novembre, elle pourra vous faire un acompte, peut-être, à ce moment-là. »

Je suis en vacances, c’est cool. Une semaine sous la flotte du sud, avec zéro copies, zéro réveil, zéro élèves… Juste rien à faire. Voir les potes, faire du piano, vidanger les vieilles affaires qui traînent dans ma chambre d’ado, écrire…
Ca fait du bien, après deux mois qui n’ont pas forcément été très reposants. Avec Elle, on a fait moitié-moitié. Elle voit ses parents de son côté et moi du mien la première semaine, on se retrouve la seconde. C’est une solution comme une autre.

Bref, des vacances qui auraient pu bien se passer si elles n’avaient pas été ternies par un « léger problème »: je n’ai pas été payé au mois d’Octobre. Eh oui, c’est chiant, n’est-ce pas ? A l’origine, personne n’y est pour rien, soi-disant. « Un problème informatique auquel je n’ai pas accès ». Ben voyons. Z’imaginez la tête du salarié moyen, fonctionnaire ou non, à qui on annonce qu’il se serrera la ceinture à cause d’une erreur informatique.
J’ai envie, dans ces cas-là, de déployer toute la mauvaise foi dont je suis capable, de leur dire que c’est une honte de traiter les gens comme ça (check), que leur propre dossier devait être, quant à lui, correctement verrouillé depuis longtemps (check), d’aller gueuler comme un putois et leur lacérer la gueule à coups de chaîne de vélo rouillée (uncheck), payer (ah ben non, je peux plus) un hacker pour mettre le bordel dans leur système informatique pour qu’ils aient de BONNES raisons de chouiner (uncheck, pour le moment)… Fin de non-recevoir: « allez vous plaindre au recteur ou au ministre, nous on peut rien faire ».
Je comprends mal ce mépris qu’on peut avoir vis-à-vis des gens. En gros, mon p’tit Jules, soit tu te débrouilles par tes propres moyens, soit tu prends ta clarinette pour faire la manche. D’ailleurs, chers amis lecteurs, je vous transmets mon RIB par mail avec plaisir. Je prends les cartes bleues, les chèques avec une carte d’identité, les virements Paypal, le liquide par coupures de 500 euros… On peut toujours s’arranger.
Vous avez raison, ce n’est pas grave, évidemment. Y a des Haïtiens qui ont tout perdu, des Syriens qui se font tirer comme des lapins…Je vais pas faire chier avec mon petit nombril blessé dans son amour-propre alors que même pas y a de raison.
Mais quand même. fait chier, quoi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s