Philippemeiriade

Par:  Jules
« La fraude est une faute déplorable, qui doit être combattue avec la plus grande sévérité (…) c’est une faute morale » – Jean-Michel Blanquer, le directeur général de l’enseignement scolaire au ministère de l’Education, sur France Info.

Voilà une phrase bien française.
Encore une fois est soulevé, c’est la mode, le problème de la fraude durant l’examen du bac. Évidemment, avec les « nouvelles » technologies, il devient de plus en plus simple de tricher. Calculatrices avec clé 3G intégrées, petits smartphones ultra-puissants permettant et de photographier le sujet, et de l’envoyer en quelques secondes par mail à de bienveillants professeurs qui se chargeraient de le traiter et de le renvoyer par le même chemin au geek bachelier qui s’assurerait ainsi un petit 18 en maths. Au bac S, option maths, donc coeff 9 (de mon temps, en tout cas), autant dire qu’il a son bac.
Je ne crois pas trop à ce cas extrême de fraude. Pas par angélisme, mais justement par expérience de surveillant de bac et de brevet depuis (déjà) quelques années. C’est chaud, trop chaud, et trop risqué. Sortir un téléphone, photographier ou même taper un SMS/MMS/mail en PLEINE EPREUVE, alors que deux surveillants sont là, non. Trop risqué. Se planquer aux chiottes avec son IPhone pour photographier le sujet ? Retaper TOUT un sujet de maths sur sa calculatrice pour l’envoyer par mail, avec les manipulations que ça comporte paraît aussi bien trop suspect: comment un surveillant ne toperait-il pas un élève qui recopie tout son sujet ?…
Plus intéressant, éthiquement parlant, est le problème de la fraude. Que celui qui n’a jamais pompé en cours me jette la première pierre. Pompé sous quelque forme que ce soit: dans la trousse, sur les genoux, cours recopié sur la main, l’avant-bras, dans la calculatrice… Je me rappelle avoir perdu du temps à copier toutes mes formules de maths du bac sur ma vieille Casio ou de cacher les soigneuses lignes du cours d’histoire dans ma trousse. Sisi, ça m’est arrivé, et ne le dites pas à ma maman, elle serait encore capable quinze ans après de me botter le cul.

Maintenant, je me suis assagi, je suis de l’autre côté de la barrière et je donne plein d’interros à mes petits loulous de cinquième. (et mes grands c*** de troisième DP6, que je conchie au passage). Et fort de mon expérience d’ancien pompeur, je m’en tape. Non par mépris et dédain de mon métier, mais justement parce que je commence à croire à l’efficacité pédagogique de l’antisèche. On est dans une sorte de schizophrénie: on baisse le niveau des études, et donc des élèves, jusqu’à des profondeurs abyssales (plus de culture générale à science po, plus d’histoire-géographie en terminale S, plus de maths pour les première L… et j’en passe et des meilleures) et honteuses; et en même temps on dresse un arsenal de brouilleurs de téléphones en menaçant Avec Des Majuscules celui qui triche de sanctions exemplaires.
Vu le niveau du bac maintenant, est-il encore besoin de tricher ? Franchement ?

Le but n’est pas de tomber dans la rengaine du « c’était mieux avant », car ce n’était pas mieux avant. Le monde évolue, on doit évoluer avec lui, en se posant les bonnes questions: c’est quoi l’important ? Que Solène sache, à la fin du cours, ses verbes irréguliers pour s’en servir convenablement ou qu’elle ne triche pas le jour de son devoir ? Si l’on ne vise que l’intégrité morale, pour reprendre les termes de notre cher directeur, effectivement, défonçons Solène et mettons-lui un zéro à faire signer par les parents, ça lui apprendra à respecter l’ordre et la loi ! Après tout, il vaut mieux un 6 honnêtement acquis qu’un 12 qu’elle aura gagné en trichant et en recopiant tous ses verbes irréguliers pour bien les planquer dans sa trousse ! Nul doute qu’elle les aura appris sans s’en rendre compte.
Y a comme une incohérence, là. Elle est où, au juste, la faute morale de notre cher directeur ? Soyons honnête: les bons élèves ne trichent pas, ou ne se servent pas de leurs antisèches pour ne pas être gaulés, les cancres de chez cancres se contrefoutent d’une mauvaise note… Ceux qui pompent sont ceux qui veulent avoir la moyenne, qui n’osent pas/ont peur/n’ont pas confiance en eux et veulent quand même aller de l’avant. Alors s’il faut fermer les yeux et, une fois, faire semblant de ne pas avoir vu, parfois, pour rebooster un élève, je le dis: ce n’est pas grave.
Ca doit choquer, ce que je raconte. Entendons-nous bien. Je n’encourage pas la tricherie, ce n’est pas une solution. Mais je répugne aux sanctions brutales et arbitraires, je me sens illégitime de dire aux gosses que c’est une « faute morale » de tricher car je l’ai déjà fait étant gamin et je ne le regrette pas. Il doit être possible de faire, j’en suis persuadé, une poétique de la triche. Mais tolérer l’intolérable, ce qui est sûr c’est qu’on le fait déjà quand on reçoit des consignes aberrantes lors des corrections de bac et de brevet (« vous compterez juste telle réponse, et telle réponse, et puis ça aussi, et puis ça, et ça, et ça à la rigueur, même si c’est le contraire du bon sens et de la rigueur »), et se déculpabiliser en promettant des sanctions terribles contre le mauvais élève, c’est de l’hypocrisie, au sens étymologique: hypo-krinein: c’est une interprétation.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Philippemeiriade »

  1. je t’avais déjà parlé d’un collègue qui avait expliqué qu’il avait un « cheating wall », un mur de la triche, sur lequel les élèves pouvaient écrire ce qu’ils voulaient avant le contrôle… De toute façon, ça ne sert à rien d’avoir une antisèche si on ne sait pas s’en servir, c’est-à-dire si on n’a pas écouté et appris le cours…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s