Et si c’était à refaire… ne le fais pas !

Par: Jon

« Et si c’était à refaire… »

L’inénarrable écrivant Marc Lévy sort ces jours-ci un nouveau roman, appelé Et si c’était à refaire, qui conte l’histoire de…  j’en sais rien, je n’ai même pas lu le résumé, sa littérature ne m’intéresse pas. Gageons toutefois que M. Lévy a encore une fois habilement mélangé suspense et love story, histoire de faire pleurer la ménagère tout en lui procurant autant de frissons qu’un épisode de Julie Lescaut.

Ce qui m’intéresse chez Marc Lévy, c’est le choix des titres de ses livres : Et si c’était vrai, Où es-tu ?, Vous revoir, j’en passe et des meilleures, et maintenant Et si c’était à refaire.

Le choix d’un titre n’est pas innocent : il est intéressant (voire révélateur) de remarquer que Marc Lévy choisit presque toujours une expression banale, voire terne (Où es-tu ?), qui n’accroche pas forcément l’œil du lecteur. On est loin, à des années-lumière,  de titres  alambiqués comme Le rivage des Syrtes (hein, les Syrtes, c’est quoi ça ?) ou Un amour de Swann, qui n’annoncent pas forcément la couleur du roman qui va suivre. Les titres de Marc Lévy, si. Et si c’était vrai ? annonce quelque chose d’extraordinaire, mais qui va réellement avoir lieu. Pas de surprise. Où es-tu ? présuppose la recherche de l’être aimé par un personnage principal (enfin, j’imagine, je n’ai même pas lu les résumés de ces livres…), etc., etc.

On remarque la même tendance de titres banals chez les épigones de Lévy, notamment chez le disciple qui a surpassé le maître des chiffres de ventes : Guillaume Musso, auteur des immortels Et après… (on voit la construction du suspense depuis le titre, quel talent), Sauve-moi, Seras-tu là ? (pour dîner ?), Parce que je t’aime, Je reviens te chercher, Que serais-je sans toi ? (quelle interrogation métaphysique…), etc.

Les titres plats, sans relief littéraire, de ces ouvrages annoncent le contenu indigent des romans de Lévy et consorts. D’un côté, cela nous permet de ne pas nous tromper sur la marchandise (je ne vois pas d’autre terme donner à ces « livres »), mais d’un autre côté, je m’interroge sur le succès phénoménal de ces auteurs. Le grand public veut-il donc ce genre de littérature, ne va-t-il donc jamais plus loin que ces lévitiques imbécilités ?

Pour finir cet article, j’aimerais faire un cadeau à Marc Lévy, ou à tout autre plumitif qui souhaiterait commettre le prochain best-seller de chez XO éditions. Voici quelques titres, tous de ma propre invention, en usage libre, qui pourraient tous être des titres de romans de Lévy ou Musso:

Pourquoi pas ?

Et toi ?

Comment vas-tu ?

Ne reviens pas

Je serai absent mardi

Parce que c’est ainsi

Je serai là demain

Tu m’attendras

Au revoir

A bientôt

La prochaine fois

La dernière fois

Une histoire d’amour

Etc. etc.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Et si c’était à refaire… ne le fais pas ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s